What the folk !? Live Session #4_Part 3

Posted on 14/03/2011

2



——————————————————————————————————————————————————————-
La Demoiselle Inconnue
——————————————————————————————————————————————————————-
Lorsque vous étiez petit, on vous racontait des histoires de princes et de princesses. Les « happy end » étaient souvent dûes à l’intervention d’une fée, non ?

Il était une fois une demoiselle inconnue qui avait croisé une fée alors qu’elle chantonnait. Cette fée lui avait transmis son pouvoir et ce pouvoir avait le don de submerger, quiconque s’approchait de La Demoiselle Inconnue, d’un bonheur inédit. Une seule note pouvait s’échapper de sa gorge, une ritournelle chuchotée à votre oreille, et ça y est vous étiez cuit…rien ne pourrait plus jamais vous détacher de cette voix. Vous étiez donc condamnés à chercher sans relâche cette mélopée enchanteresse pour tenter de retrouver cette once de bonheur perdu, ce sentiment complet qui vous tenaillait.

Il était très difficile de rencontrer La Demoiselle Inconnue, celle-ci ne se déplaçait pas au grand jour et n’acceptait de faire jaillir sa voix de conte de fées, uniquement en privé. Si vous avez un appartement peut être accepterait-t-elle de faire résonner votre salon de ses passions.

Les passions selon La Demoiselle Inconnue pourraient être Baby one more time de Britney Spears, tomber amoureuse d’un zombie, déverser sa hargne sur le gros dégueu tripoteur du métro, faire sonner son guitarlélé au plus proche de votre oreille interne, aller titiller vos souvenirs  de rupture, de rencontres, de sourires de demoiselles inconnues croisées dans la rue, faire de la magie avec vos poils qui se hérissent sur vos bras à  l’entendre chanter, jouer de son panel d’intonations pour communiquer au plus juste ses émotions. Vous êtes foutus, on vous avait bien dit. Tant pis pour vous si vous n’avez rien retenu de l’Iliade et l’Odyssée, Ulysse vous avait pourtant bien conseillé de ne pas écouter le chant des sirènes. Heureusement, nous sommes dans un conte de fées et personne n’a été ligoté : La Demoiselle Inconnue n’est pas partie comme elle était venue. Ainsi, elle a pris votre mail et vous contactera bientôt pour que vous puissiez allez fouiller dans ses poches pour découvrir ses nombreux projets.


——————————————————————————————————————————————————————–
Sarah Jeanne
——————————————————————————————————————————————————————–

Après avoir chauffé le salon de la LiveSession#1 WTF en période estivale, Sarah Jeanne récidive avec son acolyte Nelson Hamilcaro pour le plus grand plaisir auditif des folkeux-chanceux… Un dimanche. En fin d’après-midi. En fin d’hiver.
A quelques encablures du RER A. A mille lieux (des paillettes) de Vivement dimanche!

Pour clore en toute harmonie et toute sincérité la LiveSession#4, rien de tel qu’un petit nid douillet, idéal pour attraper au vol les savoureuses mélodies concoctées par Sarah Jeanne qui joue presqu’à domicile !
Dès les premiers accords, on est bien loin de l’agitation parigote.
Place à une écoute respectueuse et attentive, où on prend le temps de savourer.
Entre mélodies alanguies, sonorités dissonantes et balades enveloppantes.
Avec une alternance jubilatoire entre voix, percussions, harmonica, ukulélé, guitare avec l’indispensable accompagnement de Nelson. Des accords mélodieux de Waves au rythme enlevé de Larry’s Misery en passant par les notes renversantes d’Every Single Day et les terres contrastées d’Irish Songs…

On est à la fois loin car bien emportés et bien présents car juste heureux d’être là. On est bien, là, bien là, bien happés, bien serrés (mais c’est ça qui fait le charme des folles sessions du salon!), tous ensemble, presqu’émus, face à un duo attachant et prometteur.
Chaleur communicative de ce homeshow avec une voix limpide qui touche juste, s’élève et nous élève.
Vivement dimanche (ou un autre jour ) pour le prochain concert de Sarah Jeanne en salon (ou pas ) pour partir à nouveau !

Les photos sont ICI !?

//Pauline & Hélène\\

Add to FaceBookAdd to MySpaceAdd to Twitter

Advertisements