What the folk!? Live Session#6

Posted on 22/05/2011

0



——————————————————————————————————————————————————————-
Conte Soundpainting
——————————————————————————————————————————————————————-

AAAaaaaaaaaaaaaAAAAAAAAAAAa Rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr GGGGGGGGG gggggggHhhhh… ooooOOOOOOOOO Hhhhhhhhhhhhhh  wwwwwwwww wwwwwiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiihhhhhhhhhhOOOOOOOOO OOoOOOOOOOOOOMMMMMMMmmmm mmmmmmmmaaaaaaaaaa aaaAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHhhh !

What the folk!? Live Session #6

Ce vendredi 7 mai, des borborygmes étranges sortaient de l’appartement des Amiraux. Que se passait-t-il ? Les Amiraux avaient-t-ils décidé d’abandonner leurs folles sessions musicales pour entamer une thérapie de groupe par la pratique d’onomatopées répétées, libérant le corps, l’esprit et les doigts de pied ? Mais si l’on tend bien l’oreille derrière la porte du 7ème droite, on se surprend à dire : oh c’est presque harmonieux, et expressif ! Poussons un peu la porte pour tenter nous aussi de récupérer des miettes bénéfiques de ces vocalises libératrices…Et surtout en comprendre un peu le principe !

Changement de décor, les convives sont assises en tailleur sur la scène, sur le canap’, dans le fauteuil en osier, traditionnellement la place attribuée aux artistes acoustiques…quelque chose se trame dans le salon des amiraux. Et face à cette petite troupe, il y a Patou, Patou debout, chef d’orchestre sans baguette qui déploie une énergie sans limite à faire hurler, vociférer, s’émerveiller, trembler, siffloter, glouglouter, badiner, slurper, tanguer son public, redevenu enfant en quelques secondes de gestes.

Patou nous propose de jouer, pourquoi refuser ? Plus qu’un jeu, c’est un conte sonore et visuel que nous composons au rythme de ses gestes, ses virevoltes et ses mimiques, lippes et contorsions. Et nous, on la suit, on la suivrait n’importe où…à la sortie d’un bistro accompagnant le voisin de la rue Championnet, un peu chancelant jusqu’à la forêt de Brocéliande où soudain le Petit chaperon rouge lance un cri déchirant qui fait fuir la bête du Gévaudan…peut être même jusque dans le lit du jeune premier que l’on avait repéré lors de la dernière soirée…ouuuuuh…..Aaaaaah…chai pas….tu crois ?

Et Patricia, c’est aussi Walter…le petit Walter, devenu grand, qui voulait toujours devenir chef d’orchestre. Sauf que Walter était petit et la baguette d’un chef d’orchestre était bien trop grande pour lui….alors pourquoi s’embêter avec un bout de bâton ? Autant faire sans.

Walter, c’est Walter Thompson qui inventa dans les 80’s, un langage qui nous parle, un langage de composition en temps réel avec ces gestes, ces mimiques qu’on a envie de suivre, de mimer et d’accompagner avec nos cordes vocales. Et oui, parce que même si tu ne joues pas d’instrument, tu as en toi une matière sonore insoupçonnée et sans limite ! Alors, n’hésite pas, avec ou sans coffre, de 7 à 77 ans, viens créer avec nous et Patou, ton conte soundpaintigué !

——————————————————————————————————————————————————————-
K – Monologue clownesque
——————————————————————————————————————————————————————-
What the folk!? Live Session #6Dans la famille Olivier, je voudrais deux sœurs, Fantine et Emilie. Dans cette famille, je voudrais une amie et une clown. Et si dans cette famille, l’une faisait un spectacle de clown et l’autre savait que nous organisions des sessions artistiques dans notre salon ? La formule était complète : L’une des sœurs, Fantine, nous propose que sa sœur, l’autre, Emilie fasse son tout nouveau spectacle K, monologue clownesque dans notre salon avec vue sur Montmartre ( ah ah vous ne le saviez pas ça ! mais n’en tenez pas rigueur pour cette session#6, un spectacle, c’est la règle, se joue dans le noir le plus complet.). Il s’agit donc d’une histoire de famille. Moi, ma famille, mon éduuuucatiiiiiion…Emilie-K nous livre là une part de l’intime de sa vie et un peu de nous aussi car les histoires de famille sont toujours universelles. Dans un univers de clair-obscur : un nez rouge, une chemise de nuit blanche, une table sombre, un tabouret noir, une page blanche et une plume argentée que trempe rageusement Emilie-K dans un encrier, qui en a déjà vu de toutes les couleurs, au gré de ses inspirations-transpirations-expirations. Un jeu d’ombre et une musique 33 tours plus tard, Emilie-K tente de retrouver son identité de femme qu’on lui a chipé. Moi ? Ma famille ? Mon éducation ?

Le sujet pourrait paraître douloureux et fragile et nous, nous rions. What the folk!? Live Session #6La palette des émotions passées au crible de la plume du K-clown tantôt triste, en colère, tantôt malicieux, revêche et revanchard, puis devenu (presque) femme, K nous laisse avec nos rires en forme de points d’interrogation ? Pour Kafka, « Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d’un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? » La porte de la salle de bain se referme derrière K, et nous, à défaut d’un coup de poing, on aura pris un sévère électrochoc de rire. On vous le conseille, on en a tous besoin.

Les photos sont ICI!?

Le BLOG du Clown K est ICI!?

Le site de de la Compagnie Pêpaloma  est ICI !?

Add to FaceBookAdd to MySpaceAdd to Twitter

//Pauline\\

Advertisements