Homespun Session #2

Homespun booking est une toute jeune asso qui trouvait qu’il n’y avait pas assez de salles dans Paris où les artistes pouvaient avoir pleinement l’attention d’un vrai public, sans bruit de verres qui trinquent, ni de conversations endiablées sur la finale de la Ligue des Champions où franchement, non mais franchement, y a eu du beau but. Pour y remédier, ils ont décidé de s’inviter chez des gens, et de venir avec des artistes. Alors si vous voulez organiser un concert dans votre salon ou bien que vous voulez jouer dans une cuisine, contactez-les, ils seront ravis de vous aider à organiser ça ! Et ils font pleins d’autres choses super intéressantes!

Pour leur deuxième concert, HSB avait eu le privilège d’inviter Moomaw et Shalants, 2 groupes californiens, et c’était au tour de Margaux d’improviser une vrai scène dans son salon qui aurait fait pâlir tout les organisateurs du Primavera!

——————————————————————————————————————————————————————-
Shalants
——————————————————————————————————————————————————————-

Homespun BookingLa musique de Shalants nous transporte directement dans la  BO d’un vieux road movie des années 60. C’est rock, blues, folk,et même à tendance latino parfois, ça sent la poussière sur les santiags et la drogue dans le réservoir. Vous voyez où je veux en venir ?

Pour son premier concert à Paris, Miller, le chanteur du groupe, est venu accompagné de sa guitare, pour nous témoigner d’une insolence créative à retourner au plus simple de ses mélodies. Sa voix traine sur les chemins sans fin, dans les contrées de l’Amérique profonde, de la traversées des déserts à l’échappée bitumée  jusqu’à la Nouvelle Orléans. On s’imagine bien au guidon d’une extravagante moto peinte aux couleurs du drapeau étoilé, à rouler sans casque, les paysages extatiques défilant à toute vitesse; commençant déjà à se prendre pour Wyatt ou Billy.

Ce mélange de folk et de blues coloré d’influences indies  navigue sur les traces de la musique populaire américaine  de manière encore plus forte lorsque Miller est rejoint par son amie (dont j’ai honteusement oublié le prénom), nous prouvant ainsi que les marches dans le désert se vivent à deux, dans la simplicité et la douceur de leurs voix. Home Spun Booking

Pour la fin de leur set, Nathan Moomaw les a rejoint pour nous faire ressentir les prémices de ses influences cosmiques. Il ne s’est armé que d’une scie musicale et déjà, ajoute un petit courant d’air qui vient fouetter nos joues dans ce décor de ville fantôme, où le temps s’est arrêté, où l’on contemple le vide dans un roking chair, un sourire greffé au visage.

——————————————————————————————————————————————————————-
Moomaw
——————————————————————————————————————————————————————-

Homespun BookingMoomaw fait partie de ces artistes outre atlantique, de talent, que l’on peut voir un peu partout pour sa tournée européenne, sauf à Paris…. C’est que si l’on n’a pas claquer la bise à la bonne personne, on peut toujours se brosser pour avoir une salle. Alors quand je lui ai proposé de venir sur Paris pour jouer dans un appart, Moomaw a sauté sur l’occase pour faire SA date parisienne. Et tant pis si la veille il était à Toulouse et que le lendemain il devait être à Barcelone. Rock’n’roll babe.

Pour ses 26 ans , il avait décidé de créer une chanson par mois. Il en a fait un site http://www.moomaw.info/26/ qui nous apprend à mieux appréhender son univers DIY fait de bric et de broc, de coups de crayon sur des bouts de papier froissé.

Moomaw s’entoure d’un tas de machines colorées et clignotantes et l’on commence à hausser le sourcil gauche en  se questionnant sur ce qui va bien pouvoir ressortir de ce mélange d’électro et de ….yukulélé. Petit à petit, il va nous faire explorer toute la créativité de sa musique en utilisant moults instruments que l’on perçoit au fur et à mesure que naît la magie du concert. Cette musique spirituelle  nous encense par cette  superposition des sons, dans une rythmique presque chamanique à laquelle il rajoute une part de rêve ilien, de sable, de soleil, un peu comme si notre cher ami Paplib se mettait à remixer Israel Kamakawiwoʻole, chose certes déroutante mais qui vous font ressentir cet effet coco smile rarissime.

Généreux, Nathan ne veut pas que l’on écoute sa musique , il veut qu’on se l’approprie, qu’elle pénètre au plus profond de nous , jusqu’à ressentir des frissons dans le cerveau. Et quand les esprits l’ont complètement ensorcelé, qu’on le sent possédé, Nathan nous transmet toute son énergie pour une fin de concert transcendante où l’on se retrouve à danser comme des petits fous, un instrument à la main pour faire encore plus de bruit et tant pis pour le rythme! Ma caméra ne s’en remettra pas, elle en perdra son focus dans la pénombre….Ça y est, on le ressent, notre cerveau qui frissonne.

Les Photos sont ICI!?

Add to FaceBookAdd to MySpaceAdd to Twitter

//Gaëtan\\

Be the first to start a conversation

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: